Le Carnaval

Le Carnaval de Géronce est né au Moyen-Âge. Il s’organisait en une cavalcade composée d’une foule déguisée et d’un unique char appelé « San Pançar ».

Ce n’est que dans les années 50 qu’il a connu un renouveau : chaque quartier du village de Géronce s’affrontait dans la confection de chars fleuris dans le but de réaliser le plus beau et le plus original de tous.

La cavalcade devint alors un magnifique Corso Fleuri.

Depuis, Géronce s’impose comme un haut lieu des festivités dans la région grâce à un carnaval dynamique et pittoresque.

Au début des années 70, l’effervescence du Carnaval gagne les villages de la vallée de Josbaig : Orin, Saint Goin, Geüs, Aren, Préchacq.

Il conserve néanmoins son appellation : Carnaval de Géronce.

En 1983, les 2 coprésidents de l’époque trouvaient qu’un personnage emblématique manquait à leur événement. Ils firent donc appel à un artiste peintre qui avait pour mission de mettre en forme un bonhomme représentatif du Carnaval, bien béarnais.

C’est en 2000 que ce personnage inspiré de B.D trouvera un nom après consultation des habitants de la vallée : il s’appelle désormais BATISTOU PAÏDETOUTS (Baptiste Père de tous).

Retomber en enfance, traverser le temps, voyager autour du monde, de l’univers, devenir un animal, être l’objet de toutes les convoitises… Le Carnaval de Géronce peut tout réaliser.

« Comment ? », me direz-vous.

Tout simplement en vous mêlant à la surprenante parade du dimanche après-midi !

Située dans les Pyrénées Atlantiques (64), la dynamique vallée de Josbaig vous accueille chaque année au mois de février, pour participer à son grand Carnaval.

Pour profiter au maximum de votre séjour, de nombreux hôtels, gîtes et restaurants vous recevront avec convivialité.

LES BLANCS

Les « Blancs », tout de blanc vêtu, comme leur nom l’indique, décorent leur costume de fleurs en papier crépon et d’astres lunaires. Ils évoquent le renouveau du printemps après la morosité de l’hiver.

Créé dans les années 50, ce rôle, tenu par les conscrits, est désormais repris par les juniors du rugby. Ils ouvrent la cavalcade et forment la garde royale de Sa Majesté Carnaval. Par leur jeunesse et leurs enthousiasmes, ils donnent le ton de la fête : ils entraînent le public dans leurs folles farandoles béarnaises, caractérisées par le lancer de «l’esquirous » et du drapeau.

Ce drôle d’objet de forme conique est décoré à l’aide de franges de papier crépon et de clochettes. Les Blancs le lancent en l’air tout au long de la cavalcade. Le lancer d’esquirous, devenu désormais traditionnel, peut parfois atteindre plus de 6 mètres de haut.

LE CORSO FLEURI

Composé d’une quinzaine de chars des plus impressionnants aux plus farfelus, il traverse les différents villages de la vallée. Une halte dans chaque commune permet à la foule d’apprécier l’esthétique et les prouesses techniques des chars.

Aucun thème n’étant imposé, chacun laisse libre cours à son imagination…

Recette d’un char à la sauce Josbaquaise : (préparation : 2 mois)

– Prendre une vieille charrette,

– Ajouter de la ferraille et du bois,

– Saupoudrer de papier mâché,

– Articuler le tout,

– Le glacer de fleurs en papier crépon,

Pour réussir cette recette, faire preuve d’originalité et de bonne humeur !

LES MASQUéS

Ils accompagnent le corso fleuri. Estimés entre 700 et 1000, ils représentent l’une des plus anciennes traditions.

Le temps d’un après-midi, loin des préjugés, des conflits, des exclusions, l’actualité est revu et corrigé : divers hommes politiques dansant la polka, une drag-queen donnant la réplique à une religieuse… Le but de ces mises en scène : se faire plaisir en faisant plaisir au public.

Originalité, beauté, émotion, ou tout à la fois, chaque déguisement sera toujours le plus beau lorsqu’il déclenchera la joie du public.

L'AMBIANCE

La réussite du Carnaval de Géronce, c’est son ambiance unique ou tout le monde, aussi bien masqués qu’anonymes, s’abandonne à la liesse générale.

Les bandas et les sonos entraînent les 10000 spectateurs et carnavaliers dans une atmosphère de folie. Le brassage des générations, des cultures se fait avec humour, farces et convivialité.

LE PARCOURS

Comme chaque année la cavalcade du Carnaval de Géronce débute le dimanche, aux alentours de 14h, réunissant plusieurs milliers de personnes.

Elle se déroule sur un parcours de 5,5 km déambulant de village en village : Orin, Géronce, Saint-Goin et Geüs-d’Oloron.

Au cours de cette traversée vous y découvrirez une quinzaine de chars tous plus beaux les uns que les autres, des masqués dégantés, des “blancs” pas très blanc, mais surtout une ambiance de folie !

Découvrez ci-dessous les points stratégiques du parcours !

ORIN

C’est le départ de la cavalcade dans le village d’Orin!

Les chars sont en place, les blancs sont (pour le moment) frais et les premiers masqués sont là.

Les bandas sonnent les premières notes de musique.

On est partis…

SAINT-GOIN

Après 3 km de marche, il commence à faire soif, il est grand temps de s’abreuver! C’est la première halte de 30 minutes dans le village de Saint-Goin. Profiter du moment pour vous fondre dans la masse et contemplez-les sublimes chars que vous ont concoctés les habitants du Joos.

GEÜS-D'OLORON

Cinq cents mètres après c’est repartis pour un tour ! Nous arrivons dans le village de Geüs-d’Oloron. Pour ceux qui n’ont pas eux le temps de s’abreuver, voici une seconde halte de 30 minutes!

Attention les chars font demi-tour!

C’est reparti pour 2 km de marche…

GéRONCE

Le soleil se couche, nous arrivons dans le village de Géronce. Sous le chapiteau une bodega est installée pour se restaurer.

C’est le point final de cette cavalcade. Mais ne croyez pas que c’est fini… la soirée ne fait que commencer…!